Cotes D. (1/4)

closeUne année au moins est passée depuis la publication de ce billet qui peut donc contenir des informations un peu datées.

Cotes D. : une aventure parallèle, la recotation intellectuelle puis physique de la bibliothèque.

1 : Où et pourquoi ?, 2 : Premiers pas, 3 : Listes de courses, 4 : Comment ?

1 : Où et pourquoi ?

Spécialités

Généralités

Droit 20 000 livres Orientation/concours 2500 livres
Economie 7000 livres QSJ 3000 livres
Gestion 7000 livres Histoire 4000 livres
Sciences Politiques 4500 livres Informatique/sciences sociales/langues, etc. 2000 livres

Soient 50 000 livres organisés selon un système inspiré de la Dewey, mis au point par le directeur “historique” de la BU d’Angers, JC Brouillard. Les “cotes Brouillard” sont un système fermé de cotes validées, novateur en son temps, idéal pour le suivi statistique de grandes catégories documentaires via le SIGB, assez simple à ranger et à trouver (5 chiffres sans point, 3 lettres auteur).

Les cotes Brouillard ont les défauts de leurs qualités : elles se révèlent inadaptées à la croissance de la collection et sont à l’origine de cotes géantes. La moyenne est de plus de 250 livres par cote, avec une vingtaine de cotes contenant plus de 1000 livres. Cela limite l’intérêt du butinage en rayon et la possibilité pour le lecteur de trouver des livres “qu’il ne cherche pas” sur un sujet précis. Un seul exemple : sous la cote “management”, 1850 livres allant de la gestion de projet à la formation professionnelle ou à la gestion des conflits, se retrouvent classés par auteur…

Ce système fermé rend aussi difficile l’intégration de nouveaux domaines documentaires. Embêtant, lors de la création de nouveaux diplômes à l’université ou en vue de l’intégration physique des livres du centre de documentation de l’IUP de tourisme voisin !

Ces problèmes de mise en relation des livres entre eux dans les espaces physiques de la bibliothèques sont bien concrets pour nos usagers, qui n’ont souvent pas d’autre recours que le catalogue pour repérer plusieurs livres sur un même sujet. Et je suis loin de penser que la médiation informatique serait LA réponse aux problèmes d’organisation documentaire “in real life” !

Deux démarches thérapeutiques étaient donc possibles pour tenter d’apporter une solution à ce problème :

– homéopathique, avec de mini-remaniements ponctuels, cote à cote

– allopathique, sous forme d’une recotation complète des fonds

et devinez ce qui arriva…

4 thoughts on “Cotes D. (1/4)

  1. Bon, comme toute médecine de choc, la melvinine a des effets secondaires, que nous n’avons pas fini d’explorer…

  2. “Ces problèmes de mise en relation des livres entre eux dans les espaces physiques de la bibliothèques sont bien concrets pour nos usagers, qui n’ont souvent pas d’autre recours que le catalogue pour repérer plusieurs livres sur un même sujet.”

    Pas sûr que dewey vous sorte de ces problèmes vu que, comme vous le savez, c’est une approche par discipline et non pas par sujet. Un même sujet sera dispersé dans la bibliothèque selon l’angle d’attaque “disciplinaire”.
    Petits exemples qui me fait m’arracher les cheveux et me fait passer pour un bizarre auprès de profs 😉 : la géographie… dispersée en géo éco (330.9), géopol, géo humaine, cartographie (mathématique) 526, Systèmes d’info géographique 910.285.. et les cartes de géo et de tourisme, voyage 91X…

    un autre aussi comique : l’aménagement du territoire (sujet à la mode). Strictement 711 dans la classe de l’art avec l’urbanisme. Sauf que la thématique de l'”aménagement du territoire” est majoritairement abordée sous diverses approches dans les ouvrages récents : économie -beaucoup-, politique, aspect sociaux des mutations et transports… Et dans ce cas, selon le manuel Dewey c’est 307.12 (ou même 333.73)… ce qui se trouve physiquement dans la bibliothèque à plusieurs dizaines de mètres de la cote 711 souvent utilisée auparavant.

    Tout cela pour dire que Dewey sans un vrai plan de classement créé avec amour et intelligence, cela devient parfois très rock n roll lorsqu’il faut l’expliquer aux lecteurs. 😉
    (mais vu la qualité de vos équipes vous le savez très certainement).
    D’ailleurs, vos plans de classement sont accessibles quelque part?

  3. @chaps

    Je n’ai jamais dit que nous avions suivi la Dewey à la lettre ! Nous avons par exemple bricolé en 910.xxx une très jolie cote tourisme maison (tourisme : aspects juridiques, économiques, marketing, manageriaux, guides…)

    Laissez-nous 6 mois pour faire la chasse aux anomalies (qu’on voit beaucoup mieux depuis que tout ça est en rayon… Ah ! les syndicats et autres acteurs sociaux qui se baladent en droit, économie et sciences sociales, les médias qui s’infiltrent indument dans les cotes de droit de l’information) et nous diffuserons notre cadre de classement au propre et son index.

    Comme je le disais en commentaire en réponse à Amélie, je ne suis pas une fervente de la Dewey. Je partage entièrement vos réserves sur l’aménagement du territoire (à aménager chez nous) ou le développement durable.

    Mais bon, c’est une base comme une autre pour faire un cadre de classement, qui a le mérite d’être partagée par d’autres et qui peut aider pour faire de la veille dans Electre.

    Sans trop nous y enfermer et en la soumettant à nos conditions (pas plus de 6 chiffres, essayer de ne pas éparpiller les documents correspondant à un enseignement, oser les facettes lorsque le besoin s’en fait sentir), nous sommes à peu près arrivés à y faire habiter notre collection.

    Tout est loin d’être aménagé à notre goût, mais si nous avions visé la perfection, nous n’aurions probablement rien fait.

    Maintenant la thérapie de choc finie, à nous les délices des petites cures homéopathiques !

Leave a Reply to Chaps Cancel reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *