Le "livre" numérique, offres et usages

closeUne année au moins est passée depuis la publication de ce billet qui peut donc contenir des informations un peu datées.

A l’invitation de la Mémoire du Silence et de l’ABF PACA, je suis intervenu hier à St-Raphaël lors de la journée consacrée aux offres et aux usages autour du “livre” numérique.

Voici mes notes d’auditeur puis mon support d’intervenant, avec dedans de vrais morceaux de statistiques d’emprunts, concernant les livrels que nous prêtons (il s’agit des premiers chiffres, avec le peu de recul que nous avons cinq mois après le lancement du prêt).

Prises de paroles diverses, politiques ou non, comme le veut le rituel…

9H15 : Présentation de la journée / Franck Queyraud, pilote du groupe de travail ABF Bibliothèques Hybrides

Parfait en MC (Master of Ceremony). Première rencontre in RL. A eu la bonne idée de nous emmener dans un restau où j’ai pu (enfin) manger une vraie daube provencale !

9h20 : Isabelle Antonutti / BPI

  • Les machines, histoire : Isabelle A. revient sur la courte histoire des terminaux de lecture, depuis le Rocket Ebook (1998) en passant par le Cytale et le Sony Librié. Deuxième génération en 2007 (l’actuelle, quoi). Rappel des technologies utilisées (e-ink) et des évolutions prévisibles. Passage par le détail des offres Sony/Hachette/Fnac ; Kindle Amazon (modèle économique vertical) ; iRex Iliad ; Cybook. Revient également sur la lecture sur iPhone, PDA, téléphones ; Stanza.  Donne quelques chiffres de vente de ces derniers supports. Point sur les formats (epub et autres) que lisent/liront les livrels. CR détaillé d’une synthèse de tests utilisateurs (lab. Lutin)
  • Les contenus : 1% du marché. Gallica2 et la place des e-distributeurs. Numilog. Cyberlibris. Mobipocket. Edition francophone pas encore dans la danse. Importance de l’offre d’ebooks gratuits, qui ne sont plus sous droits. Presse, doc. professionnelle, scolaire ?
  • Sylen  (Système numérique de Lecture Nomade) : projet de recherche destiné à la création d’une tablette de lecture numérique. Nombre important de structures intervenant. Description du prototype envisagé, mais peu de détails sur l’avancée réelle du projet. Ecran bistable (LCD mais avec les qualités e-ink ?), 10 machines testées avec un projet prévu pour s’arrêter fin 2009.

Souligne au final la nécessité de dépasser le modèle traditionnel “livre” pour créer une nouvelle expérience, un nouvel objet, une nouvelle consommation.

10h30 : Écrans, écrits, réseau : paradoxes et perspectives pour la littérature / François Bon

FB quelques minutes avant d'entrer en scène
FB quelques minutes avant d'entrer en scène

Commence son intervention par la lecture (sur sa Sony) d’un texte de Walter Benjamin daté de 1927, sur le livre comme intermédiaire vieilli

[Ensuite, je ne peux plus prendre de notes, François Bon tisse sa réflexion en direct live : toujours la même impression, d’un surf dans un réseau immense qui mélange littératures anciennes, écriture actuelle, supports passés et nouveaux, prospective, réflexion sur l’écriture en tant qu’écrivain, éditeur. Inénarrable. Comme un happening.]

Phrase de fin : ” C’est fabuleux à vivre, on ne sait pas où on va mais qu’est-ce qu’on s’amuse… ”

11h45 – 12h30 : Lecture d’auteurs : Guillaume GUÉRAUD / ARL PACA

14H-14H45 : Annie Brigant / BM Grenoble

Travaille avec Numilog. Présentation de l’historique du projet et réinsertion dudit projet dans la politique générale de la Bm. Rappel de ce qu’est Numilog, de leur offre. Modèle économique de Numilog. DRM (très présents et restrictifs, en l’occurrence). Détails sur l’offre bibliothèque et usages de la plateforme Numilog, fichiers chrono-dégradables. Description du fonctionnement au quotidien dans la bibliothèque, insertion dans le catalogue. Backoffice de la plateforme côté bibliothèque. 525 titres acquis par la Bibliothèque.
Bilan : trois ans de fonctionnement. 425 inscrits ; 40 % d’emprunteurs ; 334 prêts en 2007 ; 144 livres empruntés sur ce fonds ; 20 prêts en cours en moyenne.
Diverses perspectives et interrogations (dont passer aux readers).

14H45-15h30 : Ma pomme… cf. ci-dessous

PS : pas de wifi dans l’amphi 🙁 ; amphi plein, mais je crois que tout le monde prend des notes sur du papier : je me suis senti un peu seul avec mon portable.

<MàJ>Echos sur le Tiers-Livre</MàJ>

11 thoughts on “Le "livre" numérique, offres et usages

  1. Merci pour ce compte-rendu, apparemment numilog était bien présent, même si je n’ai pas eu cette chance d’être invité à St Raphael ni de goûter la daube provençale 😎
    Pouvez vous préciser pour l’usure des cybooks? Après une cinquantaine de prêts, ils sont dans quel état? (des bibliothèques vont commencer à prêter des sony, ce sera intéressant de comparer…)

  2. @guillaume : la collègue de Grenoble a présenté l’offre de prêt de livres électroniques (contenus) de la BM de Grenoble, donc, qui utilise la plateforme Numilog : c’est à cette occasion que Numilog a été évoqué.
    Pour ce qui concerne les cybook et la question de l’usure : rien de particulier sur les machines pour l’heure, qui sont toujours en bel état, mais disons que je m’interroge sur ce même état dans un an, simplement.

  3. je me permets avec ta permission de faire un trackback sur flibrary, la perspective de ce genre de reunion ABF m’enchante, même si je n’ai pas encore l’impression d’entendre ce que je voudrais.
    je veux dire -même si là n’est pas le rôle des médiathèques- la création d’un pôle de recherche, voir même -soyons fous !- de readers, propres aux médiathèques….

    qu’en penses-tu ?

  4. finalement, tout est dans ton blog !
    pourquoi chercher loin ce que l’on peut avoir tout prêt ? je vous le demande !
    sinon, à part la délicieuse daube provencale, le coucher de soleil sur une jolie méditérranée calme, est-ce que vraiment, cette journée a permis de resortir avec quelque chose de concret ?

  5. @Grégoire : non, ce ne sont que des pistes de réflexion à creuser/approfondir/discuter…
    Pour la journée, ma conclusion : y’a du boulot… mais on avance petit à petit. Et les grands éditeurs/les grands distributeurs n’ont rien compris…

  6. “Et les grands éditeurs/les grands distributeurs n’ont rien compris…”
    J’adore!! On le savais déjà depuis longtemps mais on en reste toujours au même poit malgré les changement de technologie…
    Ce que tu rapportes sur l’intervention des BM de Grenoble m’intéresse beaucoup, en tant qu’utilisatrice déjà (bah ouais c’est cher un reader, ca serait super si les BM en prétaient!!) et puis en tant que professionnelle, ils vont peut être finir par se débarasser des conservateurs de la vieille école et laisser un peu de place aux jeunes!! Cool, enfin du travail!!
    J’attend la suite des réflexion avec impatience et j’espre que la prochaine fois tu ne seras pas le seul bibliogeek à prendre des notes sur ton portable!

  7. le texte de Walter Benjamin (c’est Anne Roche qui me l’avait fait découvrir, même si j’ai lu et relu “Sens unique” bien des fois depuis le début eighties, on relit différemment à la lumière des secousses du présent, c’est ce que j’ai essayé de dire…)
    http://www.tierslivre.net/spip/spip.php?article793

    et merci, Daniel, pour la participation à FB/fictions
    http://www.tierslivre.net/spip/spip.php?article1626

    Ai mis quelques images du voyage ici
    http://www.tierslivre.net/krnk/spip.php?article591

  8. @Dbo : structure cofinancée, j’ai ça quelque part 🙂 en tout cas , un peu de sous, oui. ça règle pas la question de la remontée et des interactions …

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *