Ecosystème du livrel (2)

closeUne année au moins est passée depuis la publication de ce billet qui peut donc contenir des informations un peu datées.

En écho et prolongements à ça, je reviens sur la question que j’y posais à la fin :” Qui va faire le travail d’accompagnement autour des livrels, travail relevant de l’éditorial et de la médiation ? “

Certes, publie.net a apporté une réponse avec l’idée de pack mensuel : l’éditeur pourrait prendre en charge cette tâche.

Mais cette aide à la médiation ne concerne “que” publie.net. Et, généralisée, reporte la médiation vers l’éditeur, alors que nous avons sans doute aussi un rôle à jouer.

Le problème central demeure : nous avons de plus en plus besoin de compétences/d’appétences que j’avoue ne pas voir pour l’heure autour de moi. Là, sur les livrels et le travail autour, j’ai besoin de quelqu’un travaillant au quotidien à la fois le site web et les liseuses, étudiant les offres, “poussant” des documents vers les lecteurs, dynamisant la circulation numérique des documents : un e-médiateur. Parce que se contenter d’une page web quelque part dans le site, cela ne me satisfait pas.

Sans doute que je regarde mal et que des envies sont là, qui ne s’expriment pas (collègue angevin timide, si tu m’entends… prof angevin, tu peux pousser ma porte…).

Mais tout de même, me demeure le sentiment (récurrent et généralisé en fait, touchant aussi à la bibliothèque numérique – je m’inclus) que les immenses (je m’exclus) compétences professionnelles acquises par les bibliothécaires sont à présent, pour partie, de plus en plus en décalage avec les nécessités des évolutions des bibliothèques.

Deux chantiers, donc :

  • accompagner les personnels existants vers les nouveaux métiers des bibliothèques (mais comment ? quand ?)
  • recruter les futurs professionnel sur de nouveaux profils…

Oui, je radote, mais rien ne change. Enfin, pas assez vite.

0 thoughts on “Ecosystème du livrel (2)

  1. ça, ça m’intéresse (le reste aussi au passage…). Je dis parfois à mes collègues que je fais beaucoup rire dans ces cas là, que les bibliothécaires formés comme nous l’avons été (prépa ou fac puis CAFB, IUT métiers du livre ) sont une espèce en voie de disparition.
    Pour l’instant j’imagine plutôt que dans quelques temps (mais déjà aujourd’hui pour peu qu’on y prête attention) un profil technicien de l’information/informaticien et un profil médiation/animation seront certains des profils nécessaires dans les bib publiques.
    Est-ce que vous pouvez creuser un peu plus les nouveaux métiers auxquels vous pensez ? A votre question “comment?” : un jour forcément le CNFPT s’adaptera à la demande réelle, un jour forcément les organismes de formation régionaux seront au plus près des évolutions du métier et de la demande sans proposer sempiternellement les mêmes type de formation généraliste…
    En attendant, c’est probablement par la veille, par la réflexion au sein de la profession (grâce notamment à la précieuse biblioblogosphère…) que l’on avance…un peu !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *