Les bibliothèques…

closeUne année au moins est passée depuis la publication de ce billet qui peut donc contenir des informations un peu datées.
  • Combien de pages jamais lues, de livres jamais sortis, de revues que nul ne feuillettera ?
  • Combien de CD-ROMs à tout jamais muets, de DVDs que personne ne regardera ?
  • Combien de liens jamais suivis, combien de pages d’@-revues oubliées de tout oeil ?

Les bibliothèques sont des cimetières comme les autres…

0 thoughts on “Les bibliothèques…

  1. L’objectif d’une bibliothèque (d’un service public de la santé, de la DDE, de la SNCF…), ce n’est pas de proposer uniquement ce que ce que les gens utilisent le plus souvent (des guides touristiques, des magazines, la presse quotidienne, une radio pour une fracture de la jambe, une route nationale, Nantes-Angers-Paris). Cela, le marché le fait très bien.
    C’est peut-être d’élargir et d’ouvrir l’univers des possibles à ces mêmes gens, par des livres d’art, de la littérature, de la sociologie, des mathématiques, un équipement médical dont on ne se sert pas tous les jours (désolé, mais les exemples me manquent sur ce chapitre), la D627, Amiens-Arras.
    C’est un investissement dont la rentabilité n’est pas immédiate, n’entre même pas dans des rapports coût/bénéfice. Cela ne va dire que ce n’est pas quantifiable, ni qu’il faut esquiver la question (collective et politique) du coût social et financier de ses investissements dont on ne sait pas, à terme, s’ils seront bénéfiques.
    La bibliothèque n’est pas un cimetière. C’est plutôt une chambre froide ou des biens culturels ont été cryogénés. Ils n’attendent qu’une chose : qu’un lecteur veuille bien les réchauffer et leur donner un peu de vie.

  2. Aujourd’hui, alors que je feuilletais un bouquin au lieu d’en rédiger la notice (!), je suis tombée sur ces lignes. Elles m’ont, comme on dit, fait tilt :
    “La littérature ne parle pas que de la littérature, mais, à travers la littérature, elle parle de la vie et du monde. (…) Comme le rappelait Borges : “Emerson, je crois, a écrit quelque part qu’une bibliothèque est une sorte de caverne magique peuplée de morts. Ces morts peuvent renaître, revenir à la vie quand vous ouvrez leurs livres”. (Leçon inaugurale d’Antoine Compagnon au collège de France. La citation de Borges vient de L’Art de la poésie).

  3. @liberlibri : Brrrr. Tu es en train de me dire qu’il faut que je fasse venir des ghostbusters dans ma bib ?? Si oui, est-ce qu’il y a des @-ghostbusters ?

  4. C’est vrai. Des cimetières. Dont nous sommes les gardiens. Et on ne peut mème pas aller fleurir toutes les tombes, trop nombreuses. On a notre fête aussi, notre Toussaint à nous, on appelle ça “Lire en Fête”. Et puis notre mise à la fosse commune, une fois passé le délai, c’est le désherbage. On parle mème sur des sites spécialisés de “détermination de la durée de rotation légale des corps en fonction de la qualité particulière du sol, afin de favoriser une bonne oxydation des corps.” Je me demande jusqu’où on pourrait aller dans ce genre de comparaison…
    Monte le chauffage, ça peut aider.

Leave a Reply to Bibliobsession Cancel reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *